Déconstruction de la domination textuelle des Autochtones

Thématique du colloque

Au début des années 1960, Lévi-Strauss prédisait que l’anthropologie allait subir une crise majeure, car son « objet d’étude principal », l’Indigène, échappait à son emprise. Non seulement parce que les mouvements d’émancipation remettaient en question la légitimité du pouvoir politique, social et économique du colonisateur, mais aussi parce que les membres des peuples dominés commençaient à réfuter les discours qui justifiaient le colonialisme. En 1978, Saïd, en écho à Lévi-Strauss, publiait l’Orientalisme, un ouvrage dans lequel il dénonçait la « domination textuelle » de l’Occident sur l’Orient. Pour Saïd, la littérature et les narrations européennes qui dépeignaient l’Orient comme arriéré, ainsi que les analyses académiques qui soutenaient que la « Raison » devait être imposée aux Orientaux servaient de justification au projet colonial.
Cette domination textuelle a longtemps minimisé les productions littéraires, artistiques, intellectuelles ainsi que les connaissances des peuples colonisés. Avec la montée des mouvements de décolonisation, les intellectuels des pays dominés ont entrepris une contestation de cette textualité. Cette remise en cause a pris plusieurs formes : la première consista à déconstruire les discours que l’Occident porte sur l’Orient en contestant l’universalisme des valeurs et de la science occidentale. La seconde consiste pour les peuples colonisés à actualiser et valoriser leurs propres narrations, leurs propres discours, leurs propres textes littéraires, traditions esthétiques et religions.
Saïd a été l’un des premiers à théoriser et à déconstruire la colonisation textuelle effectuée par les institutions des empires coloniaux. Récemment, s’est développé au sein des peuples autochtones, ce même processus de décolonisation textuelle.  L’objectif de cet atelier est d’examiner les différentes composantes de ce processus : réécriture critique de l’histoire, décolonisation de la recherche, de l’éthique et des méthodologies, productions littéraires, cinématographiques, artistiques destinées rendre aux Autochtones le contrôle de leur propre textualité.

Format du colloque

Le colloque se tiendra le 28 et 29 mai à l’université du Québec à Rimouski.

Les communications seront regroupées en panels thématiques. Chaque conférencier disposera de 20 minutes par présentation, suivies d’une période de discussion. Une table-ronde de clôture permettra de prolonger le débat.

La conférence d’ouverture intitulée,  « Du mythe cosmique autochtone du castor au mythe profane et colonialist blanc : histoire d’un  transfert culturel » sera donnée par Denys Delâge.

Propositions de communications

Les propositions de communications doivent contenir un titre, un résumé, le nom du ou des auteurs et leur affiliation ainsi que l’adresse courriel des présentateurs. Le résumé comportera un maximum de 1500 caractères, espaces compris.

Les propositions devront être remise par courriel avant la date limite du 23 février 2015.

Responsables :

Thibault Martin (thibault.martin@uqo.ca)
Helga Bories-Sawala (sawala@uni-bremen.de)
Christiane Guay (christiane.guay@uqo.ca)

Publicités

Appel à contribution – Call for book chapters: Indigenous Peoples Governance and Protected Areas in Circumpolar Arctic

Official Call for Book Chapters – informations.pdf

Editors: Thora Hermann & Thibault Martin

Deadline for expression of interest and indicative abstracts: december 1st 2012.
Chapters should be between 4500 and 9000 words.
Deadline for submission of draft chapters: march 15 2013.