« L’histoire des autochtone c’est moins riches que l’histoire plus conptemporaine »

image12fev2015

Publicités

Déconstruction de la domination textuelle des Autochtones

Thématique du colloque

Au début des années 1960, Lévi-Strauss prédisait que l’anthropologie allait subir une crise majeure, car son « objet d’étude principal », l’Indigène, échappait à son emprise. Non seulement parce que les mouvements d’émancipation remettaient en question la légitimité du pouvoir politique, social et économique du colonisateur, mais aussi parce que les membres des peuples dominés commençaient à réfuter les discours qui justifiaient le colonialisme. En 1978, Saïd, en écho à Lévi-Strauss, publiait l’Orientalisme, un ouvrage dans lequel il dénonçait la « domination textuelle » de l’Occident sur l’Orient. Pour Saïd, la littérature et les narrations européennes qui dépeignaient l’Orient comme arriéré, ainsi que les analyses académiques qui soutenaient que la « Raison » devait être imposée aux Orientaux servaient de justification au projet colonial.
Cette domination textuelle a longtemps minimisé les productions littéraires, artistiques, intellectuelles ainsi que les connaissances des peuples colonisés. Avec la montée des mouvements de décolonisation, les intellectuels des pays dominés ont entrepris une contestation de cette textualité. Cette remise en cause a pris plusieurs formes : la première consista à déconstruire les discours que l’Occident porte sur l’Orient en contestant l’universalisme des valeurs et de la science occidentale. La seconde consiste pour les peuples colonisés à actualiser et valoriser leurs propres narrations, leurs propres discours, leurs propres textes littéraires, traditions esthétiques et religions.
Saïd a été l’un des premiers à théoriser et à déconstruire la colonisation textuelle effectuée par les institutions des empires coloniaux. Récemment, s’est développé au sein des peuples autochtones, ce même processus de décolonisation textuelle.  L’objectif de cet atelier est d’examiner les différentes composantes de ce processus : réécriture critique de l’histoire, décolonisation de la recherche, de l’éthique et des méthodologies, productions littéraires, cinématographiques, artistiques destinées rendre aux Autochtones le contrôle de leur propre textualité.

Format du colloque

Le colloque se tiendra le 28 et 29 mai à l’université du Québec à Rimouski.

Les communications seront regroupées en panels thématiques. Chaque conférencier disposera de 20 minutes par présentation, suivies d’une période de discussion. Une table-ronde de clôture permettra de prolonger le débat.

La conférence d’ouverture intitulée,  « Du mythe cosmique autochtone du castor au mythe profane et colonialist blanc : histoire d’un  transfert culturel » sera donnée par Denys Delâge.

Propositions de communications

Les propositions de communications doivent contenir un titre, un résumé, le nom du ou des auteurs et leur affiliation ainsi que l’adresse courriel des présentateurs. Le résumé comportera un maximum de 1500 caractères, espaces compris.

Les propositions devront être remise par courriel avant la date limite du 23 février 2015.

Responsables :

Thibault Martin (thibault.martin@uqo.ca)
Helga Bories-Sawala (sawala@uni-bremen.de)
Christiane Guay (christiane.guay@uqo.ca)

Colloque international à l’UQO les 8 et 9 octobre prochain: Redéfinition de la gouvernance territoriale autochtone en Équateur

La chaire de recherche canadienne sur la gouvernance autochtone du territoire accueillera le colloque internationale « Redéfinition de la gouvernance territoriale autochtone en Équateur » mercredi le 8 prochain a compté de 13h dans la cours intérieur de l’UQO. Le colloque se poursuivra dans l’après-midi et la journée suivante avec les présentations des travaux d’une quinzaines de chercheurs internationaux. Enssemble, ils tenteront de développer une réflexion sur la transformation de la gouvernance autochtone en Équateur et de réfléchir ensemble aux facteurs favorisant ou limitant les nouveaux modèles de gouvernance territoriale.

Programme du Colloque international – 8 et 9 Octobre 2014

Helga E. Bories Sawala, lauréate de la bourse John G. Diefenbaker 2014, séjournera à l’UQO et collaborera avec la Chaire dès l’automne

Nous sommes heureux d’accueillir à la Chaire la Lauréate 2014 de la bourse John G. Diefenbaker. La chercheure Helga E. Bories-Sawala collaborera avec le titulaire de la Chaire pour étudier la place des peuples autochtones au sein des institutions de la mémoire. Les fruits de cette collaboration permettrons d’offrir un point de vue international qui sera utile aux enseignants, aux étudiants et aux chercheurs de la Chaire, du Québec, du Canada et de l’Allemagne.

Reconnue à l’échelle internationale pour ses recherches novatrices sur la mémoire et les façons dont elle contribue à façonner l’identité. Mme Bories-Sawala est la fondatrice et la codirectrice de l’Institut brêmois d’études canadiennes et québécoises à l’Université de Brême, qui a récemment été classée parmi les dix meilleures institutions de l’Allemagne pour l’excellence de son champ de recherche.

Forte de son expérience à titre d’enseignante au secondaire et d’auteure de deux manuels scolaires d’histoire et en collaboration avec le Titulaire Thibault Martin, Mme Bories-Sawala fera des recherches sur la place allouée dans l’enseignement de l’histoire au Québec tant en ce qui concerne l’aspect quantitatif (programmes, horaires, manuels scolaires) que qualitatif (comment les peuples autochtones et leur contribution à l’histoire sont décrits dans le programme d’enseignement provincial et des bandes autochtones). Ses travaux tiendront également compte de certaines des perceptions du « nous » et du « eux » qui prennent forme avant même que l’enseignement officiel ne débute, et évalueront l’impact du contenu du cours en interrogeant des élèves et d’anciens élèves.

Soirée projection et discussion lundi le 21 janvier prochain: Essaies nucléaires: quelles vérités?

Des centaines d’essais nucléaires français ont eu lieu2 dans les archipels polynésiens et dans le Sahara algérien entre 1960 et 1996. Encore aujourd’hui, les conséquences se font sentir sur les habitants, les vétérans, les habitats et les écosystèmes qui étaient proximité du lieu des essais. Pour traiter de cette problématique, l’amicale autochtone vous invite à venir regarder et discuter du tout nouveau documentaire « Essaies nucléaires: Quelles vérités? » le lundi 21 janvier prochain, à 17h au Café Tonik du pavillon taché de l’UQO.

Deux midi-conférence au Café Tonik en Novembre!

En collaboration avec l’amicale autochtone, deux membres de la chaire présenteront leurs travaux dans le cadre de deux midis-conférences:

Midi-conférences-BRIEG ET CYNTHIA

L’ÉCOTOURISME AU CHIAPAS (MEXIQUE) : UNE PROPOSITION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POUR LES COMMUNAUTÉS RURALES ET LES PEUPLES AUTOCHTONES

JEUDI LE 21 NOVEMBRE 2013

11H30 À 12H30 au Café Bar Tonik

Avec Cynthia Lopez,

Étudiante de l’UQO au post-doctorat.

VITALITÉ CULTURELLE
ET IMAGINATION SOCIOLOGIQUE : L’HÉRITAGE DES PENSIONNATS INDIENS

MARDI LE 26 NOVEMBRE 2013
11H30 À 12H30
au Café Bar Tonik

Avec Brieg Capitaine,

Professeur à l’Université d’Ottawa en Sociologie et Anthropologie