La Clinique Minowe : une innovation dans l’offre de services de santé et de services sociaux en milieu urbain pour les Autochtones

Équipe de recherche

Chercheur responsable

Ph.D. Thibault MartinChaire du Canada sur la gouvernance du territoire autochtone

Assistants de recherche

Gonzalo BustamanteÉtudiant du Doctorat en Sciences sociales appliquées, UQO

Annélie DelescluseÉtudiante Maitrise en Sciences sociales du développement, UQO

Financement 

CRCGAT et ARUC ODENA

Problématique 

La situation de la santé des Autochtones au sein des États-nations dans le continent américain demeure inférieure à celles des autres citoyens et cela malgré la création, au cours des dernières années, de programmes et l’établissement de fonds gouvernementaux au Canada (Martin et Diotte, 2010) et en Amérique Latine (Organización Panamericana de la Salud, 2008). En 1996, la Commission royale d’enquête sur les peuples autochtones concluait que : « Les peuples autochtones se situent au bas de l’échelle de presque tous les indices disponibles relatifs au bien-être socio-économique, incluant le niveau de scolarité, les perspectives d’emploi, les conditions de logement, le revenu par habitant et d’autres conditions qui permettent à la population canadienne non autochtone de bénéficier de l’un des plus hauts niveaux de vie au monde » (Rapport de la commission royale d’enquête sur les peuples Autochtones, 1996).  

Malgré certaines mesures prises par les gouvernements au cours des dernières années, l’écart entre les personnes autochtones et non-autochtones demeure très préoccupant. Cette inégalité en termes de santé n’affecte pas seulement les Autochtones vivant en régions éloignée, elle frappe aussi ceux vivant en milieu urbain, notamment parce que ceux-ci ont un accès inégal aux services de santé. D’après Santé Canada, un fort pourcentage d’Autochtones vivant en milieu urbain ne reçoivent aucun service de santé même s’ils en ont besoin; 40% des Autochtones souffrant de diabète sont dans cette situation (Martin et Diotte, 2010). Les déterminants sociaux influencent la santé de manière complexe et dynamique (Loppie & Wien, 2009). Depuis plusieurs années déjà, on sait que le statut d’Autochtone a été identifié comme l’un des déterminants (négatif) de la santé au Canada (Mikkonen & Raphael, 2010; Wien and Loppie, 2009).

Alors que les Autochtones définissent la santé et la maladie en termes d’harmonie, d’équilibre holistique et de spiritualité, les professionnels de la santé la conçoivent en termes biologiques. Et la maladie est vue comme une dysfonction physique de l’individu (Martin et Diotte, 2010). Ces différences culturelles font partie des obstacles qui limitent les impacts positifs des services de santé auprès de la population autochtone.

Objectifs

Ce projet de recherche a été initié à la demande de la direction de la Clinique Minowe. Il a pour objectif de à retracer les étapes de la création de la clinique Minowé, une initiative pilote qui vise à contribuer à l’amélioration de la santé de la population autochtone. La clinique, issue du milieu communautaire autochtone est intégrée au réseau local de Santé et des Services Sociaux de la Vallée-de-l’Or. Elle est en phase d’expérimentation depuis la fin 2008. Cette phase d’expérimentation comporte 5 volets, dont le cinquième est la veille scientifique. Ce projet fait partie de cet effort de réflexivité des acteurs de la clinique. Il a pour objectif de documenter toutes les étapes ayant conduit à la mise en œuvre de la clinique. Il consistera à recueillir de tous les documents disponibles ayant été produits pendant le processus de création de la clinique. Cette recherche documentaire sera complétée par des entrevues effectuées auprès de plusieurs des acteurs ayant contribué aux différentes étapes du projet. Ce travail de collecte systématique d’information nous est apparu nécessaire car les acteurs changent et avec eux une partie de la mémoire institutionnelle s’efface, sans compter que les documents (procès verbaux, plans d’action, mémos internes et autres) qui attestent de la manière dont le projet a été conduit, perdent de leur intelligibilité une fois qu’ils ont été archivés et que leurs auteurs se sont engagés dans d’autres projets.

Pourquoi cet exercice de mémoire est-il important? La raison en est fort simple : la Clinique Minowé est la première clinique de santé autochtone en milieu urbain au Québec. Il est logique de penser que cette clinique puisse inspirer d’autres initiatives similaires au Québec ou ailleurs. Une documentation accompagnée d’une analyse synthétique des différentes étapes, avec leurs difficultés respectives et résultats positifs pourrait servir de modèle aux futurs artisans d’un projet semblable.

Cette recherche a pour objectif de mieux comprendre comment les Autochtones se réapproprient la gouvernance des institutions modernes et de quelles manières ils conçoivent l’intervention sociale et médicale. Il permettra aussi d’évaluer la contribution potentielle d’institutions autochtones de santé à l’amélioration des services sociaux et de santé.

Dans un deuxième temps nous effectuerons un sondage auprès de la clientèle de la Clinique afin d’évaluer leur satisfaction par rapport aux services offerts et identifier leurs besoins. Nous effectuerons aussi une étude concernant le projet de la Clinique de créer un « Sentier de guérison » en forêt.

Publications:

Publicités